• Ne t'offusques pas, mais il va pas y avoir des masses d'activités ici les prochains jours. Comment se fesse ? Ben vois-tu, je vais retrouver mon alter-ego des montagnes à quelques heures de vol d'ici. On a prévu plein de trucs : puter, faire chier le monde, et bouffer.

    Tu vois, on aura de quoi s'occuper.

    Même qu'on va aller s'envoyer une fondue. Autant te dire que j'espère pas que dans ce restau ils ont une formule à volonté, parce que je sens que je pourrais m'envoyer cinq ou six meules de fromage.

    Pour digérer, on ira faire chier les vieux au Tai-Shi.

     

    Et vu que je suis pas vache, je te laisse une anecdote (bon en fait je la mets au cas où demain je meurs dans l'avion. Parce que de nos jours, voler en A300 c'est pas donné à tout le monde) (comme ça tu pourras rire de moi post-mortem).

    Donc tout à l'heure, j'ai essayé de sortir du métro en présentant mon iPod. Evidemment, ça marchait pas, et j'ai commencé à m'exciter sur le truc, jusqu'à ce qu'on me fasse remarquer que ca risquait pas de marcher.

    La honte, gratuitement.


  • Je sèche.

    Non pas que je n’aie plus d’idées (tu parles, pour raconter ma vie sous forme de conneries, je suis insatiable), mais je sèche au sens propre du terme.

     

    Je choisis toujours soigneusement mes heures quand il s’agit d’aller faire mes courses à Jalefou (que tu connais probablement sous le nom de Carrefour). Prends aujourd’hui, par exemple. Le ciel semblait menaçant quand je suis sorti. Mais j’avais la flemme de retrainer mon cul jusqu’au 22ème étage où je réside pour chercher René, mon parapluie. Même par ascenseur (si tu crois que je m’amuse à me farcir 22 étages à pieds…)

    C’est donc tout naturellement que je me suis proposé de faire fissa et de rentrer avant que l’ombre la pluie ne vienne détruire mon brushing, fait d’un demi-centimètre de cheveux (je t’invite à aller voir ma note sur mon passage chez le coupe-tifs).

     

    Tu penses. Etant donné que ça me prend déjà pas loin de trois quart d’heure aller-simple, j’étais plus qu’optimiste. Donc je me suis pris la pluie au retour. Moi qui voulais laver mon T-shirt, ben c’est fait.

     

    Mais bon, j’ai quand même rencontré ma nouvelle amie au milieu du rayon Riz. Je pensais pas tomber sur elle, mais j’en profite pour te la présenter.

     

    Je l’ai baptisée Onomatopée.

     

    Parce qu’elle fait tout le temps des bruits chelous. Si tu ne le sais déjà, les Asiat’ en général font des Ohhhh, Ahhhh, et autres Heu Heu Hé au téléphone. Mais elle, c’est le fleuron du son débile. A chaque sentiment correspond un bruit.

    C’est un peu comme le langage des baleines tu vois, mais en plus simple à décoder.

     

    Déblaterrage de conneries

     

    Onomatopée s’émerveillant devant le menu du jour

     

    Alors autant te dire qu’on rigole. L’autre jour par exemple, elle s’est jointe à ColNi et moi pour aller sucer des os de poulet chez KFC savourer un délicieux déjeuner. Déjà quand elle est arrivée au bureau, on a eu droit à un OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOH de reconnaissance.

    Qui fut rapidement suivi d’un gratifiant EHH destiné à chacun de nous, généreusement distribué en nous faisant cucu de la main.

    La fine équipe étant réunie, nous avons pu nous diriger vers les ascenseurs, et par extension, la bouffe. Le gars de chez Otis qui a pondu le logiciel gérant les arrêts des cabines devait certainement s’être mis deux ou trois canettes derrière la glotte lorsqu’il l’a conçu. En un mot comme en cent, faut attendre trois heures avant qu’on daigne t’emmener au RDC. Ce détail n’a pas échappé à notre Jamy Gourmaud, qui nous l’a judicieusement fait remarquer, le tout ponctué d’un EUUUUÙM d’agacement.

    Je t’ellipse narrative le chemin jusqu’à la bouffe, parce que ColNi était très occupée à m’expliquer qu’on allait être prochainement dans la merde, vu que les douanes c’est le boxon avec les Jeux qui approchent. (Bon en fait  moi j’ai assez hâte qu’ils arrivent ces jeux, parce que je me casse le jour de la cérémonie d’ouverture) (et la voir de mon hublot du vol NZ038 ça m’ira très bien).

     

    Déblaterrage de conneries

    ColNi, en pleine crise d’épilepsie pour l’avenir de nos opérations douanières

     

    Nous voici donc arrivés devant le restaurant, comme nous le fait remarquer Onomatopée, d’un HEU satisfait. Et là je te raconte pas, ça a été le festival de Rio et Baila Morena en même temps.

     

    Déjà, vu l’affluence, on a finalement décidé de partir manger au jap’, vu que du bridé à l’intérieur, y en avait une chiée plus douze. On arrive donc dedans, où on se pose le train sur la table.

    ColNi et Onomatopée se proposent d’entrer dans un grand débat spiritualo-gastronomique pour savoir ce qu’elles allaient s’envoyer. Onomatopée nous a gratifiés de nombreux Hah Hah Hah pendant cette période.

    Vu qu’évidemment je comprenais rien, je suis passé en mort clinique, jusqu’à ce que la Madame nous apporte du thé. Vu que j’avais rien d’autre à foutre, me suis dit que ca serait bon pour ma santé si j’en buvais. Même si c’est dégueu.

    Donc j’en ai bu une gorgée, et me suis donc brûlé mon Moi intérieur au 14ième degré. Quelle conne de nous apporter de l’eau à 99°C. Bientôt on va boire le thé par fumigation. J’te jure.

    Sur le coup, j’ai balancé un vieux bruit de douleur. Ce qui a stoppé net Onomatopée dans son Pamphlet du Fruit de Mer. Elle devait penser que j’essayais de communiquer.

     Donc elle me regarde, me balance un couinement de félicité, et reprend de plus belle. J’étais déjà pas ravi de m’être cramé les papilles (parce que ca veut dire que je pourrai plus savourer le gras pendant 3 jours), mais en plus, sa réaction m’a donné envie de lui balancer la théière sur le coin de la gueule. Mais bon, vu qu’on était en société, j’ai fait des efforts.

    Entre temps, la Madame a dégainé les baguettes et les menus.

    Me suis donc emparé du menu avant qu’Onomatopée ait l’idée de le prendre, parce qu’ici, le ratio menu c’est 1 livre pour 10. Faut être rapide si tu veux bouffer (et que tu mets 3 heures à te décider, critères qui me définissent parfaitement).

     

    Et là, je te raconte pas l’action.

     

    Je saisis le menu d’un geste vif (mais néanmoins élégant).

    Et  je l’ouvre. Cette fois, d’un geste un peu moins élégant, puisque j’envoie valser au loin nos baguettes.

    Par terre, ça fait un Mikado. Tandis qu’une baguette, elle, est allée atterrir chez nos voisins, la rebelle. Je te raconte pas, tout le monde me regardait. Probablement parce que je n’ai pas eu la bonne réaction : je me suis fendu la poire en deux, tentant d’articuler quelques excuses en Mandarine pour masquer un tant soit peu mon forfait.

     

    Déblaterrage de conneries

    A table, ColNi, un peu blasée de mes conneries ; et Onomatopée, avec son fameux regard interrogateur

     

    Là, on a eu droit a un son hybride, un HOoooàh, qui devait se situer entre l’étonnement, l’agacement, et l’amusement.

    Du coup, on a senti qu’il était temps de commander.

    J’ai pris des nouilles en soupe. C’était très bon, mais si je manie très bien les baguettes (j’en vois rire, là-bas), je suis un peu moins doué quand il s’agit d’aller à la pêche aux nouilles. Notamment parce que celle qui retombent en profitent pour tout éclabousser.

    Ce qui fait que j’en ai foutu de partout, mais heureusement j’étais inspiré ce jour là, j’ai mis un Tshirt foncé. La nature est bien faite.

     

    Onomatopée quant à elle, a un peu fait la gueule, parce que sa soupe avait l’air épicée à t’en dresser les poils du cul. Du coup, j’étais bien content. Ca lui apprendra à se foutre de ma gueule.

     

    Déblaterrage de conneries

    Avales ta soupe, Onomatopée !

     

    ColNi, elle, a slurpé ses nouilles avec application et humilité. Peut-être avait-elle honte ? Nous ne le sauront jamais.

     

    Toujours est-il qu’Onomatopée a un don pour lancer les débats, telle Arlette Chabot sur France 2 une veille d’élections (mais en un peu plus jaune). Elle s’est donc naturellement penchée sur un sujet de société entre le fromage et le dessert : mon piercing.

    Notes bien que « entre le fromage et le dessert », c’est une expression. Le fromage, y a qu’à Mac Do qu’on en trouve (on se satisfait du peu), et le dessert laisses-moi rire.

    C’est donc mon piercing qui a été passé en revue une Nième fois entre deux rots, genre je savais pas que tout le monde il avait peur de moi à cause de ça. 

     

    Déblaterrage de conneries

     

    Tronche standard des bridés à la vue de mon piercing

     

    L’avantage, c’est que j’ai de la place dans le métro, et qu’on s’amuse rarement à essayer de me piquer mes trucs les jours de grande affluence.

    Même pas besoin de péter en levant la fesse pour pouvoir respirer. C’est limite pas drôle.


  • Putain ce truc a été créé pour moi. Fini le nettoyage quand t'as des invités qui viennent chez toi tout dégueulasser et bouffer dans ton frigo à l'improviste (oui on a les amis qui nous ressemblent).

    Déblaterrage de conneries

     

     

     


  • Figures-toi que je reviens de chez le coiffeur. J’avais un peu tendance à repousser l’échéance, mais étant donné que je commençais à arborer une boule disco capillaire, fallait bien que j’y remédie un jour ou l’autre.

     

    Déblaterrage de conneries

    Moi, quelques heures avant d’aller chez le coupe-tifs

     

    Donc, pendant une glamour pause déjeuner d’un jour ouvrable, alors que je me dirigeais tout droit vers le palais des délices (j’ai nommé le MacDo), mon œil vif a repéré un salon avec son enseigne clamant que les coiffeurs jactaient anglais.

    Etant donné que les anglophones ça court pas les rues ici, il en a pas fallu plus pour me convaincre. 

    Me voilà donc. Avec un brin d’appréhension, je rentre dans le salon à 14:45 UTC+8, où je me fais déjà alpaguer par 6 coiffeuses. Elles communiquent avec vigueur des trucs que je comprends pas. Histoire de poser les trucs à plats, je leur dit que je parle pas chinois.

    Déçues, y en a déjà 4 qui se cassent. Ca commence bien. Me demande si ils parlent vraiment angliche. Mais mes doutes ont vite été effacés quand est rentrée une expat’ qui avait clairement besoin d’un rafraichissement de la frange.

     

    Déblaterrage de conneries

    Yi Dian Dian pour la frange hein!

     

    Du coup, pendant ce temps, on avait préparé un complot dans mon dos, et voilà qu’on me balance qu’y a deux tarifs pour ma coupe. En demandant ce que c’était que la différence de 40 yuan, elle me donne une explication tout à fait claire. Pour quelqu’un qui parle chinois.

    Donc je lui rappelle que j’ai rien compris.

    Il s’avère que le truc le plus cher c’est la coupe premium. Pour une première fois, je tente pas le diable et prend le susmentionné tarif premium. Des fois que ca veuille dire que ton coiffeur sera anglophone.

     

    On m’envoie vers un employé, qui me renvoie vers une autre, qui me renvoie vers celui qui va me washer la gooffa.

    Donc je rentre dans une salle avec des sortes de lits et un évier au bout. Je me demande si ils ont bien compris ce que je voulais. J’ai un peu peur de voir débarquer un dentiste et de repartir sans mes dents de sagesse.

    On m’invite à attendre. En Chinois.

    Ce qui fait que j’ai évidemment rien compris, et que je m’allonge direct sur le truc.

    Mon hôte ne l’entend pas de cette oreille et me fait relever. Il me file une robe de chambre, et me cale une serviette et un sac plastoc dans le dos. Sous mon T-shirt. Ca déstabilise un peu parce que d’habitude tu te fais pas trop tripoter avant un shampoo quand tu vas chez Jean Louis David (même si le coiffeur en meurt d’envie).

     

    Là, il me dit de me caler sur le truc. Me couche, et il me lave une première fois les tifs, normalement, avec un ‘tit massage. Commence à me relever, mais il me recouche direct en me disant que c’est pas fini (enfin, je crois).

    Donc rebelote, il me savonne la face, cette fois pendant facile un quart d’heure. Moi je dis rien tu penses, suis bien content. Il me rince la gueule, mais cette fois j’attends les instructions, parce que je suis quelqu’un de bien élevé. Niet.

    On passe au troisième soin capillaire. Me demande si ils ont bien compris que je voulais me faire couper les tifs, et pas seulement anéantir le cuir chevelu. Cette fois ci, ca sent comme une sorte de crème de soin. Donc re-massage de la tête, mais cette fois, le front y a droit (accrochage du piercing au passage), ainsi que le cou, les épaules, et même le haut du dos. D’où la serviette. Au début c’est très sympa, sauf qu’après il y va franchement, ce qui fait que j’ai l’impression d’être dans un sèche-linge massant, vu que tu te fais remuer un peu dans tous les sens.

    Rinçage final. Il passe sur le côté, me chope la main et la tire vers le haut. Etant donné que je suis dans les vapes complet suite aux différents massages, je prends ça pour le signal Eve lèves-toi et marche, donc je me redresse. Mais je me fais recoucher direct.

    Devines quoi ? C’est un massage.

    Donc je me fais tripoter les mains, et il me fait craquer les doigts un par un, avec un mouvement super bizarre, mais pas désagréable. Donc je me fais secouer les paluches, poignets et autres avant-bras, avant de me faire labourer les biceps. Pas désagréable non plus, malgré la vigueur. Pourtant, si j’avais vu ce que j’allais subir, j’aurais pas pris l’option premium, mais au final ca vaut carrément le détour.

    Me dis que ca doit être fini, alors quand il me bave quelque chose, je le regarde d’un œil vitreux pour être sûr, et pas me faire plaquer une énième fois sur le machin. Il me montre son dos. J’avoue que je comprends pas bien. Tu veux un massage ? Donc j’ai choisi l’option gros boulet, en secouant la tête pour dire que y a pas compris.

     

    Il me montre une autre table plus loin, où une baleine est échouée sur le ventre. Elle se fait claquer les bourrelets par une petite jeune, que l’on distingue à peine à côté de ce Sanglier de Calydon.

    Fort de cette constatation, je fais de même et me fait masser le dos pendant un moment. Très sympa. Franchement, ce concept de salon de coiffure me branche carrément.

     

    Ayé, cette fois c’est la bonne. Me fais rediriger vers le salon en lui-même, où je me fais asseoir. Je te raconte pas, la session massage m’a carrément endormi, ce qui fait que je suis complètement au radar. J’arrive quand même à constater que je me suis fait tripoter pendant trois quart d’heure. Ca et là, quelques expat’ se font lisser la touffe en lisant un Paris-Match arrivé dans leur boite-aux-lettres chérie par les miracles des transports aériens.

     

    Déblaterrage de conneries

     Et un brushing pour Madame Moncul !

     

    En un mot, j’ai eu le temps d’apprécier le lavage. Pas comme chez certains coiffeurs Parisiens.

     

    (Mais tu te demandes probablement ce que je faisais dans ces contrées maudites. Encore un coup du Fatum. Les Moires ont été de vraies putes quand elles ont tissé mon destin.

    Quoi que vu que c’est quand j’étais en Finlande, on mettra ça sur le compte des Nornes tiens. Les Moires, elles sont trop en train de tisser du billet de banque pour la dette. Après le coup de main à Orphée et Hercule, faut s’occuper de la mère nation. La boucle est bouclée.

    Je disais donc, c’est quand j’étais dans le grand nord qu’il a phallus que je redescende à Paname pour faire faire mon visa pour ici.

    J’en avais profité pour me faire faire une beauté au Jean Louis David des Halles, où le lavage des cheveux + coupe était rectifié en 15 minutes  au bas mot. Pour deux fois plus cher et un résultat douteux.)

     

    On revient au salon, où le coiffeur me demande comment à quoi je veux ressembler. Je commence méthodiquement par lui expliquer les longueurs des côtés, de l’arrière et du dessus. Il me coupe la parole avec un Dué (OK local) plein de sens, avant même que j’aie fini.

     

    Donc je suis repassé dans un état végétatif en attendant qu’on coupe mes ch’feux. Car il faut savoir que j’ai horreur de me regarder dans les miroirs. Chez le coiffeur, étant donné que t’en as un sous le nez pendant une demi-heure, faut savoir s’occuper. Je jette juste un rapide coup d’œil final histoire de dire de.

    Même pour savoir si la longueur ça va, je dois toucher. Je peux pas le dire en me regardant.

    Du coup, j’avais les côtés très courts, mais pas le haut. Sauf que je m’en suis aperçuet au moment où il a commencé à dégainer le sèche-cheveux et déblatérer les formalités de clôture client (admiration de l’arrière avec le miroir, OK final…). Ce qui fait que je ressemblais plus ou moins à Marge Simpson.

     

    Déblaterrage de conneries

    Tête que je faisais quand j’ai vu à quoi je ressemblais

     

    Donc je le stoppe net dans ses démarches, en lui expliquant que je veux qu’il utilise son ciseau. Mais d’un coup il parle plus anglais. Décidé, je lui balance avec expertise Yi Tien Tien Tchié (couper un peu). Je sais pas si il a compris, mais il s’est exécuté. Quand je lui ai dit que c’était bon, avec un pouce levé pour nous affranchir de toute incompréhension, il m’a fait un grand sourire. Et a continué à couper.

    C’est quand j’ai commencé à faire des signes bizarres et envoyer des SOS en bouteille qu’il s’est arrêté. Mais bon, j’ai quand même les cheveux franchement courts là. Appelez-moi dorénavant Général PoufKiBouf.

     

    Objectif atteint !

     

    Allez, si t’es sage, la prochaine fois je te donnerai mes astuces en cas d’envie de faire pissou pendant une promenade. Méthode incognito dans les chiottes du Ritz Carlton.

    Et même (si j’ai la motiv’), je te conterai mes aventures de la semaine dernière.

     

    Allez, je me casse.

     

    Déblaterrage de conneries

    The end





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique